Engagements pour l'environnement

Depuis toujours, notre entreprise s'efforce de préserver l'environnement en améliorant le site,
et en l'intégrant au mieux au paysage.

Ainsi, diverses actions sont menées :

Limitation des poussières : installation d'un système d'asperseurs, capotage des convoyeurs à bandes, rampe d'arrosage pour les camions, enrobés,…
limitation du bruit : capotage des installations, modification des bip de recul des engins
Des campagnes d'évaluation et de mesures d'empoussièrage, bruit et vibration, sont réalisées afin de garantir la santé des personnes et la qualité de l'environnement.
limitation de la consommation d'eau : les eaux de lavage des matériaux sont décantées et réutilisées dans les installations. 

Mise en sécurité : clôtures, merlons enherbés, haies végétales pour l'impact visuel, délimitation des zones dangereuses, signalisation verticale, plan de circulation…

Recyclage et traitement :

- des déchets : tri sélectif, ferraille, pneus, huiles de vidanges, batteries…

- des eaux de lavage : bassin de décantation, plate forme de lavage des engins et camions… 

préservation des espèces protégées : le guêpier d'Europe.

Le guêpier d'Europe.

Nos fronts de taille, talus et stocks de matériaux sont propices (talus meubles) à la nidification de ces magnifiques oiseaux.

Notre engagement : le défrichement des zones boisées n'est pas réalisé durant la période de reproduction ou d'émancipation des jeunes.

Les talus et stocks (surtout de sable) sont momentanément "abandonnés" pour favoriser l'installation des oiseaux.

Le réaménagement

L'exploitation d'une carrière n'est qu'une parenthèse dans le cycle de vie d'un site; le terrain a une vie avant l'exploitation, pendant, mais aussi après : bases de loisir de Peyrolles (13) ou Cavaillon (84), lieux de spectacle : cathédrale d'images des Baux de Provence (13), théâtre de plein air à Gordes (84)…

Le réaménagement du site est prévu dès le départ lors de la constitution du dossier d'ouverture. En fonction des besoins (20 ou 30 ans plu tard), le réaménagement prévu peut être modifié ; plusieurs réaménagements sont possibles et dépendent de :

- soit du type de carrière (en eau ou hors d'eau,...)
- soit de la nature de la roche (roche massive, roche meuble…)
- soit de l'environnement : urbain ou rural
- enfin du propriétaire du terrain, des organisations locales.

Notre réaménagement prévoit de rendre le site à la nature en créant un espace naturel, boisé. Il se fait au fur et à mesure de l'exploitation, ainsi chaque année, plusieurs centaines d'arbres sont replantées.

Les étapes du réaménagement :

Démantèlement de toutes les installations : machines, bétons… (en fin d'activité)

Préparation d'un sol favorable au développement de la végétation : talutage et labours, puis mise en place de la terre de découverte (terre végétale qui a été retirée du lieu lors de l'extraction des matériaux, mise en réserve, puis réinstallée), installation du système d'arrosage…

Plantation d'un végétation qui pourra s'adapter au milieu (sol pauvre, conditions climatiques,…) entretien des plantations (après la sècheresse de 2003, il a fallu replanter 207 arbres et arbustes).

Le choix des essences végétales:

Il se fait en fonction des conditions de sol (pauvre, calcaire…) et des conditions climatiques (été sec et chaud, hiver vif, précipitations…).

Pour notre réaménagement, les espèces préconisées par la DDAF de Cucuron sont :

- les résineux, pour la résistance aux conditions de terrain et pour un développement rapide, qui va permettre l'installation de la faune : pin noir d'Autriche, pin laricio de Corse, cèdre de l'Atlas, pin maritime…

- les feuillus pour la diversité des espèces mais adaptés aux régions méditerranéennes, aulnes blanc, peuplier blanc et noir, eucalyptus dans les zones abrité des vents dominants et proches de points d'eau, chênes verts et blancs (croissance lente), robinier (croissance rapide), amandier, murier blanc.

- autres : genévrier oxycèdre, ajonc de Provence, ciste, thym, romarin…

- enherbement des talus.

En 1998, le réaménagement du site de l'ancienne carrière, est terminé.

En 2004, l'intercommunalité les Portes du Luberon (CCPL) a installé la déchèterie intercommunale sur une partie de ce site.

Le coût du réaménagement

.